LOW-TECH, l’avenir de demain ?

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Littéralement, on peut comprendre « basse technologie », contrairement à la hight tech, qui elle veut dire « haute technologie ».

 

Qu’est ce qu’on entend par basse technologie ?

Cette fausse nouvelle manière de consommer favorise les technologies simples, peu coûteuses, accessibles à tous et surtout facilement réparables grâce à des matériaux disponibles localement et de préférence issus du recyclage.

 

Pourquoi « fausse » nouvelle manière de consommer ?

Et bien, tout simplement, car depuis la nuit des temps, nos ancêtres utilisaient déjà des procédés qui consistaient en l’utilisation de matériaux biodégradables et non polluants, notamment en fabriquant leur propres vaisselles en terre cuite :

Ou encore les cannes en bois, pour aider les personnes âgées :

Et qui n’a pas le souvenir de la petite maison dans la prairie ? Où leur maison, à l’époque était déjà construite en bois et en chaumes…

Naturellement ce mode de consommation pousse au DIY ( Do It Yourself) qui veut dire : fais le toi-même, et c’est par l’adoption de cette attitude que les individus vont être activement impliqués dans la résolution des problèmes locaux par le biais des moyens présents sur place !

A l’heure de l’obsolescence programmée et du « tout consommable », il est urgent de changer de comportement si l’on veut sauver notre planète!

Et pour se faire, certaines associations se sont créées dans le but de faire connaître ces nouvelles technologies…

Une association a particulièrement attirée notre attention, et c’est d’elle que nous allons vous parler :

Elle s’appelle « GOLD OF BENGAL », elle est née d’une envie d’aborder les grandes problématiques de notre époque de manières différentes, dont le seul mot d’ordre est L’AVENTURE, car tout passe par elle, de l’inspiration à la sensibilisation pour arriver au lancement du projet ainsi que sa transmission.

Voici leur vision : «  Nous pensons également que la preuve par l’exemple est le meilleur moyen de démontrer le potentiel d’une solution et d’inspirer sa réplication. »

 

Comment cette super aventure a démarré ?

C’est en 2008, que Corentin de Chatelperron, alors étudiant va rejoindre un chantier naval au Bengladesh pour un stage, et c’est là qu’il va côtoyer de très près la fibre de verre, qui est un matériau très énergivore et polluant à souhait.

Cependant, tout autour de lui, de vastes champs de jute lui font de l’oeil, et c’est sans compter sur son imagination, qu’une idée lui vint «pourquoi ne pas remplacer la fibre de verre  par de la fibre naturelle ?»

En 2009, Corentin décide d’introduire de la jute dans la fabrication d’un petit voilier de pêche qui portera le nom de « TARA TARI » et qui sera le premier au monde réalisé en composite intégrant de la fibre de jute, ce qui va amorcer le début des recherches.

Sa construction qui aura pris 3 mois, se fera uniquement avec des composants disponibles localement sur le site de construction au Bengladesh.

Pour le tester, il va rallier la France en partant du Bengladesh durant 6 mois, en traversant par de très dures épreuves climatiques notamment, mais il aura vécu une expérience scientifique inédite.

Et bingo, la jute tient son pari et il arrive à bon port !

Vous pouvez lire son aventure tel un carnet de bord, en achetant le livre :

« Les aventures de Tara Tari »

Résultat de recherche d'images pour "les aventures de tara tari"

Le pari étant tenu, en 2010 va naître « JUTE LAB », une étude qui va initier et porter des projets de recherches et de développement visant à démontrer ou à explorer le potentiel de la fibre de jute.

Aujourd’hui 30 millions de personnes vivent encore de la fibre de jute au Bengladesh, malheureusement les perspectives prometteuses de ces fibres naturelles se voient menacées par les matériaux beaucoup plus polluants. Il y aurait tellement à dire sur la démarche d’éco-conception, que promis, nous vous en ferons un article !

 

Petit à petit l’oiseau fait son nid…en jute!

En 2012, l’équipe va développer un nouveau matériau qui va permettre de réaliser le 1er bateau au monde 100% en renfort de fibres naturelles.

Le temps de l’élaboration et hop le voilier GOLD OF BENGAL est né et mis à l’eau, d’ailleurs c’est de lui que l’association tient son nom.

Résultat de recherche d'images pour "gold of bengal"

 

De nouvelles aventures les attendent…

Corentin, va en 2013 décider de tester le Gold of Bengal durant 6 mois en vivant en autonomie et pour se faire, il va prendre à son bord, une serre, un désalinisateur manuel, un réchaud à bois, un four solaire et même 2 poules.

 

Les mois passent, et au bout du 5ème, il va s’arrêter sur une île déserte, où il va expérimenter de nouveaux systèmes LOW-TECH, tel que la culture hydroponique (culture hors sol), le charbon de noix de coco, le recyclage des bouteilles en plastiques ect…

 

L’envie de faire avancer les choses, va mettre en évidence une nouvelle expérimentation en 2014 !

Le précédent voyage en autonomie aura eu un impact sur le groupe qui va réfléchir à comment faire progresser et à apporter de l’intérêt aux technologies simples et durables soit les «  LOW-TECH ».

Forcé de constater que malheureusement trop peu de recherches sont faites dans ce sens, il n’en reste qu’ils sont tout de même convaincus de la présence d’inventeurs ingénieux de partout à travers le monde et c’est de ce constat que va émerger l’expédition « NOMADE DES MERS » !

Résultat de recherche d'images pour "nomade des mers"

 

En pleine préparation de l’expédition, de nombreuses révélations sur les Low-technologies vont alors apparaître et mettre au monde « LOW-TECH LAB », qui est un grand programme de recherches et de documentations collaboratives sur ces basses technologies.

Pour les aider à la diffusion des Low-tech cliquez ici.

Voilà que le jour J arrive et l’expédition « NOMADE DES MERS » se lance à l’eau le 23 février 2016 pour une longue période de 3 ans, avec à sa disposition, un véritable laboratoire des basses technologies pour explorer et expérimenter tout au long de ce voyage les Low-tech les plus prometteuses…

Voici la phase 1 de 2016 à 2018 de la France à la Thaïlande : https://www.flickr.com/photos/147733455@N08/sets/72157682954377574/

 

En attendant, en 2017, à la suite de nombreux attentats au Bengladesh, le Jute Lab s’est vu être rapatrier en France, et après réflexion, ils décident tout de même de continuer leur projet participatif avec autant d’ambition.

Ici vous trouverez le début de la phase 2: https://medium.com/low-tech-lab-les-news/mission-biosph%C3%A8re-semaine-1-3818adfafa85 

 

L’équipe de GOLD OF BENGAL est composée de :

  • CHATELPERRON CORENTIN (fondateur)
  • LEVÊQUE PIERRE-ALAIN (Responsable des projets d’innovation sur Low-tech Lab)
  • GARNIER AMANDINE (Coordinatrice)
  • DUBAND CAMILLE (Responsable sensibilisation Low-tech Lab)
  • MATEUS QUENTIN (communication Jute Lab)
  • OLEKHNOVITCH MARION (Développement projet Jute Lab)
  • CHABOT CLEMENT (Responsable entreprise Low-tech Lab)
  • MONTEGHETTI MARTINE (assistante administrative de Gold Of Bengal)
  • DUFOUR NAIM (chargé de projet WEB Low-tech Lab)
  • POURRET MARGAUX ( responsable technique Jute Lab)

 

Vous l’aurez compris, c’est une aventure humaine extraordinaire qui donne tout de suite envie de les suivre et de les encourager !

Pour les suivre c’est ici

Pour les rejoindre ici

Et pour participer ici

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.